L’Art du face à face …

2.mai.2015

Les auteurs, qui pensent la diffusion de leurs œuvres uniquement par le prisme du droit d’auteur, sont prisonniers d’un égocentrisme, les empêchant de penser le monde. La singularité d’un auteur est consubstantielle au monde au sein duquel il vit. Il ne serait être coupé du langage qui le relie aux autres hommes et avec lequel il pense, il écrit, il crée. Son œuvre est un mouvement entre lui et le monde. L’auteur "crée" toujours " avec le monde" et au "sein du monde" dans lequel il vit. De fait, (...)

Lire la suite...

L’Art de Contrefaire !

12.mars.2015

Les multinationales ont mis à leurs profits "les anciennes pratiques coloniales" consistant à inféoder par des traités les peuples à leurs intérêts. Différents traités et lois ont contaminé nos imaginaires, et nous acceptons sans résistance que les œuvres numériques que nous possédons ne puissent pas se partager. Les modèles économiques tenant lieu de projet politique, il devient impossible de penser que l’accès aux œuvres puisse être simplement une pratique légitime. Le web tend à devenir une immense (...)

Lire la suite...

Préserver les Communs : Sortir de la langue de bois !

20.octobre.2014

"La novlangue (ou langue de bois) des communs amène à raisonner sur des leurres dialectiques maintenant le système en place et le renforçant. "La novlangue des communs" n’invite pas à changer de société mais à en apaiser les tensions. En France, "cette novlangue des communs" est conceptualisée par ceux qui se sont imposés comme les experts "des biens communs". "La novlangue des communs" atténue "tout mouvement spontané" comme il a pu en exister* en France, au début du mouvement du logiciel libre, où les (...)

Lire la suite...

Le Ministère de la Culture est mort ! Vive le Ministère des Industries du divertissement !

3.octobre.2014

Il n’y a plus rien à attendre des politiques culturelles en France qui ont pour seul objet de défendre les intérêts des industries du divertissement. Il ne faut plus s’étonner de la pauvreté esthétique de la télévision publique. Il faut admettre que l’impôt sert à financer des programmes niais pour séniors. Il faut se résigner à financer des émissions de divertissement musicales qui continuent à faire la promotion d’artistes morts plutôt que de promouvoir les vivants. Et il faut même se préparer quand on (...)

Lire la suite...

Photo : bien public

L’Art de réinventer l’espace public !

2.février.2014 biens communs Jérémie Nestel domaine public Lavoir Moderne Parisien Espace public

La valeur financière d’un produit de consommation culturel se calcule en fonction de la capacité du produit à capter l’attention des masses. La captation de l’attention des masses uniformise et appauvrit l’imaginaire esthétique de tout un chacun. Les produits culturels tendent à devenir l’expression financière de la valeur « du lien social » qu’ils sont à même de générer. On en arrive à vivre sa vie par procuration à travers l’imaginaire proposé par les produits culturels marketés des (...)

Lire la suite...

page suivante